8 millions de petits pushers de vidanges

C’est avec curiosité que j’écoutais le reportage « La poubelle province » à Radio-Canada. Je dois être très en retard, car depuis 2012 on me dit que je devrais l’avoir vu. Pas mauvais comme reportage, belle recherche sur les faits et démagogue à souhait sur le ton.

Vous pouvez marteler tant que vous voudrez les « 4 barons des ordures » soit! Et que penser des 8 millions de petits pushers de poubelles? Prenons-le de n’importe quel bord… ça prend un grand réseau de pushers pour appuyer des barons. Qu’ils soient barons de la drogue ou dans tout autre secteur.

Un petit vendredi dans une banlieue pas si différente de la vôtre…

Un drame se joue dans mon quartier… c’est le très rituel jour des vidanges.

Des bacs de vidanges qui débordent. Des bacs de recyclage avec des matières mélangées pêle-mêle. Certaines matières qui devraient trouver leur place dans un écocentre à la place du bac recyclage…

 

Bon, ma famille de 4 ne s’en tire pas si mal en fait. Un sac de 60 litres de vidanges a toutes les 2 semaines. Pas besoin de bac de poubelle roulant 240 litres. Le gars de Véolia est capable de prendre notre sac sans le déchirer avec sa grosse pince et le lancer dans son camion. Merci à M. Gaétan Blouin d’avoir bien formé ses gars pour maximiser l’efficacité de la collecte. Chez Véolia, vous m’avez prouvé que je peux récupérer un peu d’espace sur mon terrain, car ma priorité c’est: 2 composteurs, 1 bac 240 litres de recyclage et un tonneau pour récupérer l’eau de pluie.

 

Par contre…

Voisin de gauche me confie qu’il a dans la quarantaine et à cet âge-là on se refait pas. Selon lui le recyclage ce n’est pas pour lui. C’est triste de le voir vieillir avant l’âge… moi aussi j’ai dans la quarantaine.

Voisin de droite : L’été dernier à la vue de mon composteur tout à coup vous trouvez que des odeurs viennent de chez moi? Ça fait pourtant depuis 2004 qu’il est là mon composteur et aucune plainte avant! Est-ce que vous avez appris à réagir ainsi avec les discours « pas dans ma cour » relayés dans les médias?

Faites ce que vous voulez. Moi je ne change pas. Sans être extrémiste, activiste je pense être dans la bonne voie. Ça pris 10 ans à ma famille pour parvenir à ces résultats. J’ose croire que je ne suis pas le seul.

Ça prend 8 millions de pushers de vidanges pour supporter 4 barons des ordures. Le saviez-vous?

Servir le besoin de 8 millions de personnes.

  1. Ça prend des compagnies spécialisées pour exporter à bas coût le recyclage mal trié en Asie;
  2. Ensuite des centres de tri qui doivent baisser leurs coûts au maximum et trouver des façons pas coûteuses de vendre des matières mal triées;
  3. Le tout épaulé par des lieux d’enfouissement efficaces pour stocker aux plus bas coûts;
  4. Ainsi les 4 barons sont bien appuyés pour répondre à des appels d’offres dont le gagnant est celui qui offre le prix le plus bas;
  5. Des municipalités lancent dans appel d’offres sur la base que pour bien servir le public, il faut que ça coûte le moins cher possible. Et cela plaît aux élus qui promettent le moins de taxes possible pour obtenir leur mandat;
  6. Tout ça pour répondre au besoin de 8 millions de petits pushers de vidanges avec le même credo : tout doit disparaître de ma vue, que ça ne me prenne pas de mon temps ou change mes habitudes, très loin de ma cour et que ça ne me coûte pas cher.

Est-ce que les 4 barons des ordures ne feraient que répondre à votre besoin? Et que se passerait-il si vous changiez votre besoin?

Volonté individuelle et collective

Votre volonté individuelle est importante. Ben oui, certains d’entre vous auront un centre de tri, une usine de biométhanisation ou centre de compostage pas loin de chez eux. Arrêtez de déchirer votre chemise les activistes. Bien sûr, trier à la source, la consigne, ça vous prend du temps. La construction et les biens de consommation vont  coûter un peu plus cher si vous exigez mieux des producteurs.  Mais c’est essentiel si on veut changer le système.

La volonté individuelle finira par se transformer en volonté collective. Vos élus prendront des décisions :

  • Soit éliminer la règle du plus bas soumissionnaire ou bien relever les critères des appels d’offres;
  • Accepter les coûts pour maximiser les 3RV.

Je suis un des 4 barons. Si le besoin change que vais-je faire?

Les entreprises privées sont là pour répondre à un besoin :

  • Les compagnies spécialisées dans le transport international de matières recyclées vont établir de nouvelles routes basées sur un chemin plus court, car la qualité de la matière aura augmentée pour répondre à des standards locaux;
  • Les centres de tri amélioreront leur performance, car ils pourront obtenir plus d’argent durant les appels d’offres;
  • Des camions de vidange seront peinturés en camion de recyclage, car il y aura moins d’enfouissement. La quantité n’aura pas changé, autant de transport et de logistique seront requis;
  • Les gagnants des appels d’offres seront ceux qui répondront au nouveau besoin.

Et la plupart des barons changeront. Sur quoi te bases-tu Fred, certains me demanderont. J’ai discuté avec quelques-uns de leurs dirigeants. Et ils sont très intelligents, eux aussi veulent léguer à leurs enfants un monde meilleur, assurer la pérennité de leur entreprise et améliorer leurs pratiques d’affaires.

Bien sûr une très petite minorité a peur et ne veut rien changer. Et si tu ne veux pas changer? Tant pis pour toi c’est ça le capitalisme. Tu deviendras une proie pour une acquisition par un de tes compétiteurs qui aura accepté le changement. Tu t’adaptes pour répondre au besoin ou tu disparais. Parlez-en aux fabricants de cassettes audio, de Béta, de VHS, de polaroid, etc.

Pour conclure

Tout cela c’est facile à dire et ça va demander plusieurs années.  Pour les activistes méditez cette pensée de Sylvain Bériault « …la réalité est bien plus passionnante que le nombrilisme futil de bien des activistes idéalistes. » Pour les 8 millions de pushers, changez vos façon de faire, faites des demandes à vos élus. Graduellement, les 4 barons des ordures se transformeront en 4 barons du recyclage. Et deviner quoi? Dans 10 ans nous entendrons des plaintes sur les barons du recyclage. Au Québec, plusieurs aiment pointer du doigt les entreprises qui engrangent des profits. Mais ça, c’est un autre débat…

 

Président-directeur général et cofondateur de Second Cycle, s’intéresse depuis 2010 à l’adoption de l’économie circulaire afin d’obtenir des gains économiques et environnementaux en entreprise. Depuis la fondation de Second Cycle, l’entreprise réalise des mandats de service-conseil stratégiques et est impliquée à la mise en place sur une base annuelle à environ 80 succès liés à l’économie circulaire. Frédéric Bouchard est consultant, formateur, l’auteur du blog.secondcycle.net et a donné plus de 20 présentations et conférences sur l’économie circulaire. Frédéric détient un bac en Sciences Appliquées orienté pour le milieu industriel de l’École de Technologie Supérieure.

Publié dans Actualité Second Cycle, Développement durable ici et ailleurs, Gestion des matières résiduelles
7 commentaires sur “8 millions de petits pushers de vidanges
  1. Jean-Louis Chamard dit :

    Je me suis régalé. C’est tellement vrai et simple à la fois.

  2. Maryse Rivard dit :

    Bravo !

    Pour l’article et pour le titre " 8 millions de petits pushers de vidanges"! Tu as tout à fait raison, c’est les petits puschers qui font les choux gras des Barons et ce dans tous les secteurs !!!
    Si tous les citoyens se voyaient comme des petits puschers du recyclage, ce serait génial !

  3. Ce texte doit être lu …et nous devons chacun mette l’épaule à la roue pour changer les choses.
    Bravo Frederic.

  4. Bravo pour avoir reconnu qu’il était permis de faire des profits pour offrir des services environnementaux.

    Les gens ne savent pas tous ce que les entreprises ( barons) doivents respecter comme règles aux niveaux environnemental et santé sécurité avant même d’avoir commencé la collecte et le tri des matières.

    La culture des entreprises de service environementaux évolue rapidement… plus vite que celle des citoyens. Si ce n’est pas nos enfants qui auront un monde meilleur, ça sera nos petits enfants.

    Un père de famille de 50 ans, travaillant fièrement depuis 24 ans pour l’environnement et les profits.

  5. Guillaume dit :

    Ça me rappelle un article d’une chroniqueuse de cyberpresse. Elle se plaignait du trafic. Un blogueur a commenté ainsi: «Vous n’êtes pas dans le trafic. Vous ÊTES le trafic»…

  6. Serge dit :

    C’est dans la nature humaine de reporter la responsabilité de nos actions ou inactions déplorables sur le plus petit nombre possible d’individus à blamer. Un terme adéquat pour les désigner est le "Bouc émissaire". Ceci nous conforte collectivement dans notre perception d’être "correct" dans nos comportements, donc de n’avoir rien à changer, c’est insécurisant le changement et perturbant. Nous avons ce comportement dans tous les domaines, pensons à la commission Charbonneau !

    Excellente analyse de très grande qualité, que fait-on maintenant qui prenne ation dans la bonne direction ?

Infolettre

Abonnez-vous à notre infolettre pour vous informer sur les 3RV, les événements, les formations et les appels d'offres de Second Cycle.

Nous suivre

Vous faites partie de la communauté du développement durable : suivez nous sur les réseaux sociaux.

LinkedIn Youtube