Comment évaluer les communications des entreprises pour le développement durable

Selon la définition proposée en 1987 par la Commission mondiale sur l’environnement et le développement dans le rapport Brundtland, le développement durable est :

«Un développement qui répond aux besoins des générations du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs.»

Les entreprises qui font du développement durable communiquent de plus en plus leur engagement pour faire progresser cet aspect. Il est bien important, afin d’évaluer cet engagement communiqué par les entreprises, de valider si leurs initiatives arrivent à concilier les 3 piliers du développement durable.

 

 

Ainsi, aucune action ne doit, de façon disporportionnée, nuire à l’un des 3 piliers du développement durable. En cas de déséquilibre, il se pourrait que la démarche ne rencontre pas entièrement le développement durable et, dans le pire des cas, devienne de l’éco-blanchiment.

Président-directeur général et co-fondateur de Second Cycle, s’intéresse depuis 2010 à l’adoption de l’économie circulaire afin d’obtenir des gains économiques et environnementaux en entreprise. Depuis la fondation de Second Cycle, l’entreprise réalise sur une base annuelle environ 40 échanges fructueux. Frédéric Bouchard est consultant, formateur, l’auteur du blog.secondcycle.net, modérateur du groupe LinkedIn « Réduction, réemploi, recyclage et valorisation » et a donné plus de 20 présentations et conférences sur l’économie circulaire. Frédéric détient un bac en Sciences Appliquées orienté pour le milieu industriel de l’École de Technologie Supérieure.

Publié dans Développement durable ici et ailleurs
4 commentaires pour “Comment évaluer les communications des entreprises pour le développement durable
  1. Zouhair BENJELLOUN dit :

    Si la plupart des dirigeants reconnaissent aujourd’hui la nécessité d’inscrire leurs
    entreprises dans une politique de développement durable, rares sont ceux qui
    l’ont réellement intégrée à leurs stratégies d’entreprise et leur système de
    management, selon une étude publiée par la Harvard Business Review (David A.
    Lubin et Daniel C, Mai 2010). Je n’ai pas connaissance de nouvelles études sur la réalité de l’intégration stratégique du DD / levier de performance économique durable surtout, au-delà de la publication / déclarations de bonnes intentions.

  2. Frédéric Bouchard dit :

    Merci du commentaire. Avez-vous pu personnellement identifier des entreprise qui intègrent le DD dans leur stratégie?

  3. PETIT dit :

    L’idée générale reste que l’organisation doit intégrer la sincérité dans sa communication. Pour ce faire, elle doit bien-sûr répondre à la prises en compte des parties prenantes mais également pouvoir apporter des réponses dans la conception des messages, les modes de production et les mode de diffusion autour des enjeux des Droits de l’Homme, des Relations et conditions de travail, de l’Environnement, de la Loyauté des pratiques, des Questions relatives aux consommateurs, des Communautés et développement local et enfin dans la Gouvernance de l’organisation.
    La France a créé en 2009 un groupe de travail pour rédiger un guide d’application de l’ISO 26000 pour les métiers de la communication pour faciliter d’une communication responsable.

  4. Frédéric Bouchard dit :

    Merci pour le commentaire. Très pertinent de mentionner la sincérité comme un élément important. Et j’ajouterai que cette sincérité doit se baser sur des faits quantifiables ou vérifiables de façon transparente.

Infolettre

Abonnez-vous à notre infolettre pour vous informer sur les 3RV, les événements, les formations et les appels d'offres de Second Cycle.

Nous suivre

Vous faites partie de la communauté du développement durable : suivez nous sur les réseaux sociaux.

LinkedIn Twitter Facebook Youtube