En route pour l’interdiction de l’enfouissement des déchets de bois

Par Francis Fortin 13. novembre 2012 05:32
Le bois est l’un des résidus les plus générés par le domaine de la construction, de la rénovation et de la démolition (CRD). En plus des nombreuses caractéristiques qu’on lui attribue, le recyclage du bois a une valeur économique importante grâce aux multiples débouchés possibles (paillis, granules de bois, compostage, panneaux de fibres, fondation, cogénération, biomasse, etc.). Or, beaucoup de bois continue d’être enfoui en grande quantité. Pourtant, le bannissement de l’élimination du bois dans les différents lieux d’enfouissement du Québec est prévu pour 2014 et le secteur CRD est le premier concerné par le bannissement de l’élimination du bois. C’est pour en parler qu’a été organisé le 6 novembre dernier une journée complète consacrée à ce sujet et organisée conjointement par le Regroupement des Récupérateurs et des Recycleurs de Matériaux de Construction et de Démolition du Québec (3RMCDQ), Réseau Environnement, RECYC-QUÉBEC et le ministère du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs (MDDEFP). Lors de cette journée, plusieurs conférenciers du Québec et du Massachusetts nous ont expliqué la situation actuelle, les enjeux à venir et les façons de réussir le bannissement. L’État du Massachusetts a utilisé la stratégie du bannissement pour augmenter la valorisation de plusieurs matériaux de construction dans les dernières années. L’état de la situation du bannissement dans leur État a permis de mieux comprendre les enjeux que nous vivrons dans les prochaines années. Des questions aussi simples que quoi et comment bannir ont été soulevées lors de la journée. De ces questions sont aussi ressorties d’excellentes idées comme la suggestion de mettre en place des clauses obligatoires pour la saine gestion des matières résiduelles dans les permis de construction municipaux. Plusieurs municipalités ont confirmé que ce dossier sera sur leurs tables de travail dans les prochains mois. D’ailleurs, cette obligation devrait favoriser l’émergence de centre de tri de matériaux secs et aider ceux existants. De plus, un tel règlement permettrait possiblement d’améliorer la qualité des résidus de bois si un tri à la source est fait directement sur les chantiers. Ainsi, le bois ne serait plus contaminé par les autres matières et pourrait être traité immédiatement à son arrivée au centre de tri. L’un des principaux objectifs de la Politique québécoise de gestion des matières résiduelles est de valoriser 70 % des résidus de CRD issus du bâtiment en les acheminant vers les centres de tri de matériaux secs. Cependant, ces derniers rencontrent différents obstacles : incertitude du prix des matières, peu de débouchés pour l’instant, marché peu structuré, déséquilibre entre l’offre et la demande, défi de l’entreposage, hétérogénéité, qualité des matières, etc. Pour améliorer la situation actuelle, une meilleure harmonisation du système en place et plus de sensibilisation auprès des acteurs concernés doivent être mises de l’avant. D’ailleurs, RECYC-QUÉBEC y travaillera dans les prochaines années, car plusieurs de leurs stratégies clés vont dans ce sens. À l’heure actuelle, les débouchés les plus importants pour les résidus de bois sont les entreprises de fabrication de panneaux de particules et la cogénération. Beaucoup d’efforts devront être déployés au cours des prochaines années afin de diversifier ces marchés et faire du Québec un joueur compétitif sur le marché national et international. Francis Fortin, M.Adm. Directeur, secteur matières résiduelles Chamard et Associés Inc. 514 844-7111
 

Second Cycle et Gedden associent leurs efforts pour réduire les déchets en entreprise

Par Frédéric Bouchard 15. mars 2012 13:32
Second Cycle et Gedden, deux entreprises québécoises, annoncent un partenariat de distribution mutuel de leurs solutions www.secondcycle.net et Communauté Durable (www.gedden.com). Ainsi, les clients de Second Cycle et Gedden bénéficieront, lors de réduction quantifiable des matières résiduelles contribuant aux émissions de GES, envoyées à l’enfouissement, d’un retour monétaire par l’octroi de titres de crédit carbone CO2. Frédéric Bouchard, président de Second Cycle, affirme « Cette entente est au bénéfice de nos clients mutuels, car elle permet de faire une boucle complète de la réduction des déchets jusqu’à la mesure de la réduction du CO2 ». « Le projet Communauté Durable de Gedden offre une expérience client de bout-en-bout pour les entreprises des secteurs industriel, commercial et institutionnel. Via ce projet, ces entreprises générant peu de réduction de GES peuvent maintenant les convertir (efficacité énergétique et matières résiduelles) en crédits de carbone échangeables sur les marchés nationaux et internationaux. De plus, nos deux entreprises partagent le même type de modèle d’affaires du XXe siècle, c’est-à-dire celui basé sur le partage des bénéfices avec nos clientèles respectives », souligne Martin Clermont, président-directeur général de Gedden. À propos de Second Cycle Inc. Second Cycle  œuvre dans le réemploi et le recyclage, elle s’est donné comme mission d'encourager et d'aider les institutions, les commerces et les industries (ICI) à offrir une deuxième vie à leurs matières en appliquant le principe des 3RV, soit la réduction, le réemploi, le recyclage et la valorisation. Nous offrons aux industries, commerces et institutions (ICI) un portail web pour afficher des matières résiduelles, des sous-produits, des équipements usagés ou des surplus d'inventaire dont ils veulent se départir ou s'approprier. À propos de Gedden Gedden est reconnue mondialement pour ses solutions innovatrices, modulables et performantes, en matière de stimulation de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES). Fonctionnant en mode communautaire, les solutions de Gedden offrent aux entreprises et aux organismes publics / gouvernementaux diverses options de gestion durable axées sur la valorisation des matières résiduelles et sur l’optimisation tant des transports que de l’efficacité énergétique. Cela permet de quantifier les efforts de réduction des GES afin qu'ils puissent être convertis en crédits de carbone transigibles sur les marchés nationaux et internationaux.
 

Des transports destination développement durable (Première partie)

Par Frédéric Bouchard 16. juin 2011 02:40
Pour les prochaines semaines j'écrirai 2 billets dédiés aux améliorations qui prennent place dans l'industrie des transports. Je commence cette semaine par le transport en autobus pour compléter la semaine prochaine avec le transport en avion. L'autobus, le moyen de transport le plus durable Bien que ce soit un moyen de déplacement des plus écologiques, l'industrie du transport de personnes par autobus vise à s'améliorer pour faire face à un double défi: l'augmentation des coûts du pétrole et les exigences de réduction du CO2. En effet le transport occupe le plus haut rang dans les émissions de CO2. J'ai pris connaissance de plusieurs initiatives intéressantes dans le secteur du transport par autobus visant la réduction de la consommation d'essence et des émissions de CO2: - Éducation des chauffeurs afin d'adopter de meilleures pratiques de conduite pour réduire l'énergie consommée; - Monitoring des autobus afin de prédire les causes de problèmes ayant un impact sur la consommation d'huile et de carburant, et également des habitudes de conduite pour identifier l'impact sur la consommation; - Quantification des économies obtenues afin de les convertir en crédit CO2. Selon Paris, capitale écologique?, un autocar émet 0,02 kg de CO2/passager/kilomètre. C’est deux fois moins que le train et beaucoup moins que la voiture (0,11) et que l’avion (0,18). Avec toutes ces belles initiatives n'est-ce pas motivant de privilégier le transport par autobus dans nos déplacements durables?

Mots-clés : , , , ,

Catégories : Développement durable ici et ailleurs

 

Des matières résiduelles énergisantes

Par Frédéric Bouchard 31. mai 2011 15:25
La semaine dernière j’assistais à une activité dans le cadre d'une consultation pan-québécoise appelée « Les Rendez-vous de l’énergie », qui porte sur l'avenir énergétique du Québec en lien avec l'augmentation des coûts du pétrole. Notre hôte, le Conseil régional de l'environnement de la Capitale-Nationale, animait une conférence et une période d'échange ayant pour titre : "Québec face à sa dépendance au pétrole : enjeux et solutions". La conférence portait entre autres sur des pistes afin de réduire notre dépendance au pétrole qui constitue environ 37%  de l’énergie consommée au Québec, tous secteurs confondus (Provenance de la statistique): Efficacité énergétique Énergies renouvelables Aménagement du territoire et transports Agriculture Procédés industriels Un point qui porte à réflexion est l’énergisation de nos matières résiduelles, c’est ce que l’on appelle la valorisation énergétique et qui consiste à capter et à  utiliser l’énergie contenue dans les déchets. La photo ci-jointe provient d’un sac de plastique qui contient assez d’énergie pour faire allumer une ampoule de 60w durant  10 minutes. La valorisation énergétique est intéressante dans le cadre d'une gestion des matières résiduelles plus particulièrement pour les matières qui ne peuvent être recyclées et pour lesquelles cette voie ultime est possible. Par contre il faut bien gérer le mâchefer et le résidu de fumée de combustion qui sont des déchets ultimes polluants. La portion du plastique qui n’est pas recyclable bien que plus polluant lorsque brulé peut être valorisée de cette façon. Et aussi d’autres matières difficilement recyclables au Québec pourront être valorisées localement pour remplacer le pétrole dans des chaudières pour le chauffage: carton ciré (boîtes dans les épiceries),  boîtes de carton de lait ou de jus,  papier brun (essuie-mains). À ce chapitre, je montre l’exemple de Therméal,  entreprise de la région de Québec, qui a développé une technologie utilisant certaines matières résiduelles pour en faire un carburant pour les chaudières. Ainsi, une communauté pourra prendre les matières résiduelles qu’elle produit et réduire sa dépendance au pétrole.

Mots-clés : , , ,

Catégories : Gestion des matières résiduelles

 

Dévoilement des résultats du Défi Climat - Capitale Nationale

Par Frédéric Bouchard 26. mai 2011 11:21
Voici un événement d'intérêt du CRE-Capitale Nationale que je vous retransmet: INVITATION OFFICIELLE Clôture du Défi Climat 2011 Région de la Capitale-Nationale Dans le cadre de son assemblée générale annuelle, le Conseil régional de l'environnement de la Capitale-Nationale a le plaisir de vous inviter à la clôture du Défi Climat, le jeudi 2 juin 2011 au Centre culture et environnement Frédéric Back 870 ave de Sal aberry, 3e étage, Québec 17 h 45 Accueil et inscriptions 18 h 00 Assemblée générale 19 h 00 Projection du film Saga Cité 19 h 20 Remise des certificats Défi Climat 19 h 30 Clôture de l'assemblée et discussions libres Venez célébrer avec nous le succès régional de l'édition 2011 du Défi Climat. Un certificat de participation témoignant de vos résultats vous sera remis. Un léger goûter sera servi. Événement gratuit. Merci de confirmer votre présence auprès de catherine.boisclair@cre-capitale.org Au plaisir de vous recevoir ! * Stationnement payant dans les rues avoisinantes Prenez le bus du RTC : lignes 800, 801, 25 et 7

Mots-clés : , ,

Catégories : Développement durable ici et ailleurs

 

Infolettre

Abonnez-vous à notre infolettre pour connaitre les succès de nos clients et nos promotions.

Abonnement à l'infolettre

Suivre Second Cycle

Vous faites partie de la communauté du développement durable : suivez nous sur les réseaux sociaux.

Contactez-nous!

Vous avez des nouvelles et des événements à nous communiquer? Vous voulez nous faire part de bonnes nouvelles de votre entreprise ou organisation?

Contactez-nous

Billets par mois

Twitter